top of page
  • CERCES

Faber said that "politically driven noise" over double materiality needs to be "shut down"

Article de Reuters "New sustainability body expects voluntary adoption of norms at first" et déclaration d'E. Faber, président de l'ISSB (International Sustainability Standards Board).



E. Faber a déclaré qu'il fallait "mettre un terme au bruit politique" concernant la double matérialité, car elle n'est pas opposée à l'approche globale adoptée par l'ISSB (vraiment?)


La double matérialité est-elle un bruit politique auquel il faut mettre un terme? Ou une nécessité qui délimite le minimum requis pour parler de soutenabilité en finance et reporting durables?


Quel but recherché à renvoyer la double matérialité sur une vision politisée, sous-entendu dogmatique?

Oui, il s'agit bien de politique, dans son sens le plus noble, c'est-à-dire en termes de choix de société: veut-on, ou non, dès lors mettre en évidence les impacts des activités humaines sur l'environnement naturel et social?

Et ce choix de société n'est pas à passer sous silence, voire à museler, mais plutôt à favoriser, à déployer dans le débat public...

Le dogme n'est-il pas plutôt de rester dans une vision en matérialité simple? Et de se complaire dans des débats dilatoires, au regard des enjeux climatiques, de biodiversité, d'inégalités sociales, etc.


Pour aller plus loin:

le premier événement du CERCES reviendra sur cette question:

https://www.eventbrite.fr/e/billets-cycle-de-conferences-normalisation-extra-financiere-293801416947


L'article ici: https://www.reuters.com/business/sustainable-business/new-sustainability-body-expects-voluntary-adoption-norms-first-2022-03-10/




43 vues0 commentaire
bottom of page